Larrons – François Esperet

4ème de couverture
Dans Paris prostitué souvent le soir je les vois
les princes dérisoires de la nuit les beaux étalons
castrés qui raclent le sol de leurs sabots précieux
avant de s’élancer trotteurs hystériques efféminés
dans les courses poussives des prix crépusculaires
je sens le souffle idiot de leurs naseaux camés
je vois leurs yeux aveugles se noyer en souriant
dans l’effondrement des paupières et des cernes
au fond boueux exsangue de leurs tristes orbites
et par ennui je mise quelques heures précieuses
sur l’une de ces carnes qui fuit sans fin l’abattoir.


Mon avis
Ce livre a été lu dans le cadre d’un partenariat et je tiens, en préambule, à remercier chaleureusement la Team Livraddict et les Editions Aux Forges de Vulcain.


C’est quelque peu empruntée que je m’atèle à cette chronique. En effet, j’ai reçu ce jour ce premier écrit de l’auteur et j’ai su dès que je l’ai débuté que si je le refermais, j’aurais de la peine à y revenir. J’ai dès lors décidé d’y accorder mon après-midi et je l’ai enfin terminé.

Il est difficile pour moi d’en retirer un réel bilan positif, car, je dois me rendre à l’évidence et oser dire que je n’ai pas aimé cette lecture. Mais ne pas aimer sans en justifier les raisons serait un peu facile, je vais donc, le mieux possible expliquer mon jugement.

Tout d’abord la présentation ne m’a pas convenue: écrit dans un caractère trop petit, j’ai dû me battre avec mon hypermétropie tout au long des « chants ». Par contre, j’apprécie la couverture très épurée. 

Ensuite, le fait qu’il n’y ait, ni ponctuation, ni majuscule m’a dérangé, j’ai eu énormément de peine à donner un rythme à ma lecture, étant parfois obligée de m’arrêter, me sentant réellement étouffée par le rythme. 

Et pour finir, la vulgarité, les mots crus, et les descriptions de scènes sexuelles omniprésents tout au long de l’écrit, m’ont vraiment agressé. D’une nature ouverte, je pense que l’ont peu abordé le monde de la drogue ou de la prostitution dans des termes un peu moins tranchants et plus accessibles à tout public.

Je ne nie pas qu’il est probablement dû à une question de goût que je n’ai pas plus apprécié ce que j’en ai lu, et je me réjouis de lire d’autres avis.  

Je déplore cet avis teinté de noir, d’autant que je me réjouissais de lire cet oeuvre d’un genre nouveau pour moi.

La page de la maison d’Editions: http://www.auxforgesdevulcain.fr/

Publicités

Une réflexion sur “Larrons – François Esperet

n'hésitez pas à donner votre opinion...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s