La Baraque – Jacques Ferment

4ème de couverture
Marc est un petit garçon normand de sept ans, vif et fougueux. Avec ses deux frères et sa sœur, il vit sous l’autorité d’une mère abusive, violente et alcoolique, qui les maltraite et ne connaît aucun sentiment maternel. La famille habite une maison de brique rouge, surnommée « la baraque ». Défraîchie, mal entretenue, humide et délabrée, elle incarne toute l’angoisse et la mélancolie de Marc, qui rêve de s’enfuir loin de sa mère et de se construire un avenir brillant. Heureusement Marc est très proche de sa tante Aurélie et de grands-parents…
Ce roman relate le parcours d’un enfant à qui la vie ne fait pas de cadeaux, mais qui se bat avec courage et une admirable obstination pour s’arracher à des conditions de vie désastreuses. Ces épreuves, qui bien loin de le rendre cynique et endurci, vont lui donner l’envie de bâtir ce dont il a toujours rêvé: un espace, un refuge, ou chacun à la chance d’échapper à un milieu hostile. Jacques Ferment signe ici un récit bouleversant, écrit avec pudeur mais aussi beaucoup d’émotion. 

Mon avis
La Baraque, c’est l’histoire d’une maison, la maison familiale. La Baraque, une dénomination froide, comme sa propriétaire, violente, virulente, cinglante. Claude, la mère de Marc, notre héros si l’on peut l’appeler ainsi.

On le découvre enfant, victime de la violence maternelle, on fait dans le même temps connaissance de toute la fratrie. Le livre s’attardera plus particulièrement à Marc mais reviendra à plusieurs reprises sur le sort des autres membres de la famille.

Nous suivons Marc tout au long de son enfance, son adolescence et sa recherche d’une vie d’adulte qui lui conviendra.

Que cela soit au niveau du travail ou des relations sentimentales, c’est un être torturé et tortueux que l’on va apprendre à connaître et auquel on va progressivement s’attacher.

Au cours de ma lecture, j’ai eu envie de le secouer, de lui montrer le chemin, mais Marc suivra un seul chemin, le sien.

Très influencé par les personnes qui l’entourent, tour à tour, il sera aimé, délaissé, victime de profit. Il perd beaucoup de choses tout au long du récit, mais ne perdra finalement jamais son cap.

Le livre est intéressant et prenant de bout en bout et si je dois lui trouver un défaut, c’est sa faim un peu abrupte, mais c’est un avis qui ne concerne que moi.

La Baraque, quel nom familier pour titrer ce livre. De familier, il n’a que le titre, vu que l’écriture de l’auteur est soignée et réfléchie. Les mots sont choisis avec soin et les paragraphes et chapitres de tailles idéales.

J’ai beaucoup apprécié cette découverte et je remercie encore chaleureusement la société des écrivains ainsi que les agents littéraires.
  

Publicités

Une réflexion sur “La Baraque – Jacques Ferment

  1. Le regard d’une critique est une vraie fraicheur et non une douche froide…
    bien vu le commentaire « on reste sur sa faim » dans le dernier chapitre. La vie de Marc est tellement pen conventionnelle que la normalité d’une vie heureuse parait saugrenue… etrange.
    Marc veut transcender son existence et non réussir sa vie….
    Alors oui Marc a « faim » d’autre chose. Marc, c’est moi, lisez ce livre car c’est un témoignage captivant sur la résilience. Marc, c’est moi, l’auteur du livre.
    Jacques Ferment.

n'hésitez pas à donner votre opinion...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s