Chasseuse de vampires, tome 01 – Le sang des anges – Nalini Singh

4ème de couverture
La tueuse de vampires Elena Deveraux sait qu’elle est la meilleure. Ce qu’elle ne sait pas en revanche, c’est si elle est à la hauteur pour sa nouvelle mission. Engagée par le magnifique et tout aussi dangereux archange Raphaël, un être si meurtrier que nul mortel ne veut attirer son attention, une seule chose est claire: l’échec n’est pas une option … même si la tâche est impossible. Parce que cette fois, ce n’est pas un vampire rebelle qu’elle doit traquer. C’est un archange qui a mal tourné. Ce travail va entraîner Elena au milieu d’un massacre pas comme les autres … et sur le fil du rasoir de la passion. Si la chasse ne la détruit pas, peut-être en sera-t-il autrement si elle succombe au séduisant Raphaël. Car quand les archanges jouent, ce sont les mortels qui paient les pots cassés.

Lecture à 4 yeux
Sur la proposition de mon adorable copinaute TheChouille, je reprends la lecture et sort de mon black-out livresque grâce à une lecture à 4 yeux, sur ce livre, très bien choisi.

Vous trouverez ci-dessous, ma chronique (en gras) ainsi que celle deTheChouille, complice de cette lecture. 

1ère vol dans les bras de l’archange (chapitres 1 à 14)

La mienne:
On fait connaissance avec notre héroïne, Elena, chasseuse professionelle de vampires, engagée par la Guilde.

Comme on le découvre habituellement dans les romances paranormales, notre Ellie est un peu torturée entre morale et envie. Elle est franche, directe, audacieuse. Du point de vue de l’audace et du culot, elle m’a épaté de suite et beaucoup plu. 

La mythologie décrite ici est toute nouvelle pour moi. Je suis encore, je l’avoue, aux prémices de la compréhension de la hiérarchie Anges-Archanges-Vampires. Mythologie nouvelle mais très inventive et qui donne envie d’aller de l’avant, de savoir, de comprendre. 

On apprend également à connaître Raphael, Archange plus que respecté par ses pairs. Redouté par les autres, mais qui ne laisse pas notre Elena sans émotion. 

Raphael ne laissera pas non plus les lectrices inventives indifférentes !!!! 

D’un point de vue de l’écriture, c’est simple et aisé à appréhender. Il faut, comme l’a relevé Chouillette, bien se concentrer lors des dialogues qui eux peuvent paraître un peu brouillon si notre esprit est un peu déconcentré au cours de la lecture. 

Un vocabulaire un peu cru est présent, pas forcément utile à mon avis mais qui ne dérange pas réellement et qui n’est pas partie importante de ce premier tome. 

Sincèrement, mon retour à la lecture est aisé et impressionnant, le livre a été celui qu’il fallait pour que l’envie renaisse. Vivement la suite ! 

La sienne
Cela fait quelque temps déjà que j’entend parlé d’un certain Raphael et de cette saga que beaucoup aime. Et ça y est, je l’ai enfin découverte !

Alors dans cette première partie, on découvre la miss Elena et je dois dire que je l’aime déjà beaucoup ! Déjà, elle traque les vampires et ses capacités sont vraiment très intrigantes. Et puis elle a une façon bien à elle de gérer sa rencontre avec Raphael.
Et puis Raphael … C’est un Archange pleins de pouvoirs, et qui a un certain intérêt pour notre miss Elena … Je me languis de voir comment va évoluer leur relation qui est pour l’instant très conflictuelle =D

Et j’aime également beaucoup le monde que l’auteur a créé. Ici, les vampires sont créés et deviennent esclaves des anges. Cela change de ce que l’on a habituellement :)

Une seule hâte, poursuivre notre lecture !

2ème vol dans les bras de l’archange (chapitres 15 à 28)
Un rythme de lecture un peu lent, fait que je ne reposte que maintenant mon avis sur la deuxième partie du livre. Il n’en reste pas moins que ce livre est excellent et que je m’en délecte page après page.

Je suis toujours autant fascinée que ce soit par la mythologie mise en place par l’auteur que par les personnages très prenants, tous autant qu’ils sont.

On rencontre Michaela, qu’on ne peut que détester mais qui m’intrigue beaucoup.

Le rapport Elena-Raphael me tient bien en haleine, et j’ai hâte d’en savoir plus sur le histoire commune, il reste encore quelques chapitres prometteurs, du moins je l’espère.

Deuxième personnage pour lequel j’ai un profond dégoût, Jeffrey, le géniteur d’Elena. Difficile pour moi de parler d’un père.

Sur ce, et avant de lire l’avis de ma comparse qui a fini sa lecture bien avant moi, faute à mon emploi du temps perturbé, je vais me rejeter dans les chapitres suivants et revenir au plus vite pour fournir mon troisième avis et la synthèse de ma lecture. 

La sienne
Dans cette deuxième partie, on en découvre un peu plus sur la mission d’Elena et sur ce que cela implique. La traque de sa cible commence d’ailleurs sur les chapeaux de roue … Et on comprend assez vite que cela ne va pas être très facile à faire, vu la cible en question.

La relation entre Raphael et Elena est toujours aussi compliquée et ambigüe. Elena n’est pas insensible aux charmes de l’ange, mais elle ne compte pas craquer. Tout simplement parce qu’elle a des toujours des doutes sur ce que l’ange fera d’elle une fois sa mission finie (et si elle est toujours en vie d’ici la).
On en découvre un peu plus sur le passé d’Elena, même si tout ne nous ai pas encore expliqué ce qui permet de garder un petit mystère …

Pour résumé, c’est toujours aussi prenant et j’adore toujours autant Elena !

3ème vol dans les bras de l’archange (chapitres 29 à fin)
Ahlala, cette troisième partie m’a transporté. L’action s’est fait très présente. Les sentiments et relations également. 

On vit la « rencontre » avec Uram, ça angoisserait presque tant Elena et Raphael sont pris dans les feux de l’action !

La fin est forte, très forte et je ne vais pas en parler ici, pour laisser la surprise parce que oui, ça surprend.

La sienne
La traque prend une grosse partie de cette dernière escale, et je dois dire que j’ai vraiment adoré suivre Elena et Raphael dans cette traque plus qu’incroyable. Le suspense est vraiment incroyable, et j’avoue que je stressai un peu toute seule dans mon coin de savoir comment cela allait pouvoir se terminer !

Et puis cette fin ! Rolala je m’attendais pas du tout à ça, mais elle est juste incroyable ! J’en suis restée bouche bée tellement c’était “waouh” ! Autant dire que j’ai hâte de découvrir comment l’auteur va exploiter ça dans les prochains tomes !

Mon avis final (sans spoil)
Mon dieu, ce livre était génial !!! J’ai beaucoup tardé pour le finir et a posteriori, je m’en veux. Il est prenant, palpitant et la mythologie, très nouvelle pour moi, est très bien faite.

Je n’ai eu aucune difficulté à me retrouver dans le décor, de voir les ailes magnifiques des archanges et de m’attacher très fort aux personnages.

Le tome 2 est déjà dans ma PAL et je me réjouis de la suite ! Car la fin donne vraiment envie de savoir ce qui pourra bien se passer.

Bilan: positif à l’extrême.
  

La sienne
Cela faisait longtemps qu’on m’avait parlé de cette saga, mais surtout de ce fameux Raphael qui plaisait à tant de blogueuses :) Et grâce à Moody, j’ai enfin pu le rencontrer !

Ce livre raconte donc l’histoire d’Elena, qui est une chasseuse de vampire-née. A savoir que depuis toujours, elle a des capacités qui lui permettent de chasser les vampires avec “facilité” (odorat, force) à la demande de certains anges. Car dans la monde d’Elena, nous avons donc les humains, les vampires qui sont dirigés par les Anges, et les Archanges (des Anges encore plus puissant et dangereux). C’est lorsque certains vampires désobéissent à leurs maîtres angéliques qu’Elena doit les chasser …

Elena étant connu pour ses talents de chasseuse, elle est contacté par l’Archange Raphael qui va lui donner pour mission de partir à la chasse de quelqu’un qui a mal tourné … Autant dire que ce début de relation entre eux va être très compliqué : Raphael a pour habitude d’être écouté et obéi sans discuter, alors qu’Elena n’est pas du genre à se laisser faire, ni à se taire.

Le livre est partagé entre le point de vue d’Elena, celui de Raphael et celui d’un mystérieux personnage aux pensées sanglantes … Celui de Raphael nous permet de découvrir un peu plus son mode de fonctionnement (il est très vieux et certaines habitudes ont tendance à rester …), mais aussi le monde angélique.

Autant dire que j’ai vraiment adoré la présence combinée des vampires et des anges, ainsi que cette relation très spéciale entre les deux personnages principaux. La traque a vraiment été stressante pour moi, me mettant à la place des personnages, et puis cette fin ! Ce premier tome se finit sur un retournement grandiose auquel je ne m’attendais pas, j’ai tout simplement adoré ! Autant dire que je Veux lire la suite :D

Le mec de la tombe d’à côté – Katarina Mazetti

Le mec de la tombe d’à côté – Katarina Mazetti

 

4ème de couverture 
Désirée se rend régulièrement sur la tombe de son mari, qui a eu le mauvais goût de mourir trop jeune. Bibliothécaire et citadine, elle vit dans un appartement tout blanc, très tendance, rempli de livres. Au cimetière, elle croise souvent le mec de la tombe d’à côté, dont l’apparence l’agace autant que le tape-à-l’œil de la stèle qu’il fleurit assidûment. Depuis le décès de sa mère, Benny vit seul à la ferme familiale avec ses vingt-quatre vaches laitières. Il s’en sort comme il peut, avec son bon sens paysan et une sacrée dose d’autodérision. Chaque fois qu’il la rencontre, il est exaspéré par sa voisine de cimetière, son bonnet de feutre et son petit carnet de poésie. Un jour pourtant, un sourire éclate simultanément sur leurs lèvres et ils en restent tous deux éblouis… C’est le début d’une passion dévorante. C’est avec un romantisme ébouriffant et un humour décapant que ce roman d’amour tendre et débridé pose la très sérieuse question du choc des cultures.

Notre avis
Ce livre est parcouru à 4 yeux. Accompagnée de spyd, avec qui j’apprécie énormément d’échanger et de lire, je me suis lancée dans ce livre, que j’avais hâte de lire.

Comme nous l’avons déjà prévenu lors de précédentes lectures de ce type, le fait de le lire et de partager des avis communs peut malheureusement engendrer quelques spoilers. Vous voilà prévenus. Vous lirez donc nos avis, à vos risques et périls 😉 .

Etant donné que j’ai été retardée dans ma lecture, le livre n’a pas été scindé et la chroniques de chacun se suit ci-dessous:

Mes impressions
Il faut savoir que la vie a fait que  je n’ai pas pu lire ce livre aussi intensément que je l’aurais désiré. Il ne faut pas y voir un manque d’envie mais un malheureux concours de circonstances. Passé ce 3615 my life, je vais m’essayer à vous donner mes impressions au plus juste. 

Il faut savoir que ce début d’histoire m’a par moment beaucoup touché, mise à nu et écorchée. La douleur n’était pas vive mais les pensées vagabondaient. Essayer de rester synthétique va dont être un exercice de force. 

On découvre Désirée et Benny, que tout oppose, la culture, la vision de la vie, la profession. Rencontre atypique que celle de se croiser dans un cimetière. Je ne délivrerai pas ici le chemin qui les mènera jusqu’à l’amour mais, j’ai aimé la façon dont l’auteur fait de ses personnages un brin torturé, des humains touchants et prenant. 

En lisant ce livre, on a le sentiment de vivre leur histoire, de s’y projeter, et une nouvelle fois, c’est une romance différente, un livre que je ne trouve absolument pas mièvre, un écrit que je suis en voie de pouvoir déjà dire que je vais l’aimer. 

J’aime le fait que les chapitres se suivent en alternant pensées de Benny et pensées de Désirée. J’aime me mettre successivement dans la tête de l’un, puis de l’autre. J’aime le fait que l’écriture soit simple et accessible. J’aime tout simplement, qu’une fois dans le livre, on a pas vraiment envie d’en ressortir.

Passé la première moitié du livre, je dois dire que j’ai été surprise, après une histoire d’amour « montante », celle-ci s’est finalement révélée être torturée. Des amoureux qui se fuient au lieu de se suivre. Des humains comme vous et moi qui ne se comprennent pas, ou n’essaient pas de le faire.

Je ne veux trop en dire, pour ceux qui liraient cette chronique, il faut laisser la fin vous surprendre. Elle m’a surprise et je pense que je lirai le caveau de famille de la même hauteur pour en savoir plus.

L’écriture et le style, accessibles, permettent une lecture rapide. Les personnages intriguants par leur évolution, m’ont parfois énervée plus qu’attachée. 

Je pense que je n’ai pas lu ce livre dans des conditions optimales, ce qui fait que je ne l’ai pas adoré. Je lirai la suite à un moment plus propice.

J’ai hâte de lire la suite, et surtout je me réjouis de partager l’avis de spyd. Sera-t-il le même que le mien ? Je le mettrai ci-dessous lorsqu’il l’aura rédigé. 
 

Irrésistible alchimie – Simone Elkeles

Irrésistible alchimie – Simone Elkeles

4ème de couverture
Brittany est l’image même de la jeune fille parfaite. Belle, blonde et intelligente, elle vient d’une famille aisée et sort avec le capitaine de l’équipe de football. Elle sait bien maîtriser ses émotions, mais elle cache une douloureuse fêlure : elle s’oppose à ses parents qui veulent placer dans une institution, sa soeur aînée, gravement handicapée.
Alex Fuentes est d’origine mexicaine, il est bien sûr séduisant en diable, mais c’est le bad boy du lycée. Il fait partie d’un gang impliqué dans des trafics de drogues, comme son père, qui en est mort.
En dernière année au lycée Fairfield, Brittany et Alex sont obligés de travailler en binôme leur cours de chimie. Alors que tout les oppose, leur attirance est immédiate. Et leur amour sera contrarié par des événements brutaux qui ne cesseront de s’amonceler sur eux. Membre d’une bande armée qui sème la terreur, Alex est malgré lui rattrapé par les exigences du chef du gang. Et Brittany, malgré ses efforts passionnés pour le sortir de là, ne parviendra pas à le protéger.

Mon avis
Ce livre, j’ai craqué et fait son acquisition après avoir été convaincues par différentes lectrices officiant sur Livraddict. 

Je n’en suis pas déçue. J’ai pris mon temps pour le savourer, mais une accélération de lecture ce week-end m’a permis de le finir.

Franchement, si le seul bémol pour moi est sans doute le côté adolescent très prononcé des personnages, j’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture. 

Une romance entre un bad boy et une des égéries du lycée, ça n’as pas forcément de goût d’inconnus mais les rebondissements sont réguliers et la lecture n’est pas molle du tout. 

Je vais ici essayer de survoler l’histoire sans spoiler qui que ce soit. Franchement, il faut se laisser tenter, il faut découvrir Brittany et Alex, il faut se laisser porter par leurs émotions et leurs sentiments. 

J’ai particulièrement apprécié le passage où Brittany affronte ses parents, je ne vous dirai pas ici quelle tournure a pris cette conversation, mais on ressent la tension, le courage. Une jeune femme impressionnante et passionnée. 

Le fait qu’Alex soit dans un gang pimente l’histoire et on y comprend progressivement son histoire, ses peines, ses obligations. Va-t-il choisir le devoir ou l’amour ? Jusqu’à la fin on est en droit de se poser la question. 

La fin, justement, je n’en parlerai pas, afin de préserver les éventuels futurs lecteurs. Ce que je dirais juste c’est que j’ai hâte de connaître la suite de cette saga, non encore traduite.

Les personnages sont attachants, j’ai adoré Brittany, Shelley, Alex, Paco et Isabel. J’ai détesté Colin, Carmen, Darlene et Hector. Personne ne nous laisse de marbre, chacun a sa place dans l’histoire. 

Sans en faire un coup de coeur, j’ai passé un excellent moment avec Irrésistible Alchimie. 

J’ai lu ce livre aux côtés de Cajou qui a eu jusque-là les mêmes ressentis que moi. Son avis (du moins en partie) viendra prochainement rejoindre le mien. 

Un livre à dévorer, une lecture légère à appréhender mais haletante dans son rythme.
 

La Confrérie de la dague noire, tome 03 – L’amant furieux – J.R. Ward

La Confrérie de la dague noire, tome 03 – L’amant furieux – J.R. Ward

4ème de couverture
Profondément marqué aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur, le guerrier vampire Zsadist croit qu’il est indigne de toute compassion ou même du grand amour. Une nuit, une étincelle d’espoir croise son chemin sous la forme d’une jeune civile : Bella. Mais égal à lui même, il la repousse. Quand l’ennemi de leur race kidnappe Bella, Zsadist se refuse à se reposer tant qu’il ne l’aura pas sauvée et quand c’est le cas, il se retrouve face à un danger encore plus grand alors que le destin lui offre une dernière chance de retrouver enfin la paix.

Lecture à 4 yeuxs
Je reprends ici une façon de lire déjà testée auparavant et que j’avais fort apprécié. La lecture à 4 yeux.
C’est avec ma copinaute TheChouille que je vais partager cette lecture. Il y a toutefois risque de spoiler puisque nous allons scinder cette histoire et qu’il est difficile de ne rien en lire. 

Vous trouverez ci-dessous, ma chronique (en gras) ainsi que celle de TheChouille, complice de cette lecture. Avant de débuter, quelques mots sur ma petite Chouillette:

Lectrice avant tout de Bit-Lit et de lectures Jeunesse, j’ai rencontré cette gentille copinaute sur le site Livraddict et de papotes en papotes, nous avons fait plus amples connaissances. TheChouille, c’est la bonne humeur, la gentillesse et l’humour personnifiés, plus le temps passe et plus je m’y attache, mais chut, il ne faut pas le lui dire hein 🙂 ). Faites un tour sur son blog, ça vaut la peine.

Lire la suite

La délicatesse – David Foenkinos

4ème de couverture
« François pensa: si elle commande un déca, je me lève et je m’en vais.C’est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n’est guère mieux. On sent qu’on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Ou pire: chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu’un jus ça serait bien. Oui, un jus, c’est sympathique. C’est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques: évitons la pomme ou l’orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Le jus d’abricot, c’est parfait. Si elle choisit ça, je l’épouse…
– Je vis prendre un jus… Un jus d’abricot, je crois, répondit Nathalie. 
Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité. »

Notre avis
Une fois n’est pas coutume, un livre lu à 4 yeux. $

Partager, le choix, la lecture d’un livre, en parralèle, en s’imprimant un rythme commun, en oubliant un peu nos réflexes personnels, c’est l’expérience faite avec cette ouvrage.

Vous trouverez ci-dessous, ma chronique  ainsi que celle de spyd (en bleu), complice de cette aventure.
Le voyage se fera en 3 temps…… Attention, comme l’a relevé spyd avec beaucoup de justesse, le fait de le chroniquer en 3 fois nous rend par moment coupable de spoiler un peu…. si vous ne l’avez pas lu…. soyez prévenus…..

mais d’abord:  

spyd ? mais qui est-ce ?
Pour ceux et celles qui ne le connaissent pas, spyd est un lecteur assidu, lorsqu’il est confortablement assis dans son fauteuil préféré. J’ai fait sa connaissance, il y a environ 7 mois par le biais du site Livraddict et au fil de nos conversations, nous sommes découverts des goûts communs. Un regard croisé sur « La délicatesse » s’est insinué comme une évidence et une première expérience pour tout les deux. Un lecture nouvelle pour tout les deux puisqu’il est généralement orienté Polar ou science-fiction et que je me délecte de thrillers.  

Je vous conseille de vous installer et de faire un grand détour sur son
blog dont les chroniques sont superbes.

Ma 1ère escale (chap. 1-39)
Tout d’abord, je dois dire que j’aime beaucoup la couverture de ce livre, à la fois intrigante et douce. Il faut savoir que ce livre est découpé en chapitres de tailles différentes, de quelques lignes, à quelques pages, qui, pour moi, rythment l’histoire.
J’avoue, qu’à la lecture du début de l’histoire, j’ai beaucoup souri, eu le coeur embaumé de douces émotions, j’avais envie de tendresse, d’amour, je suis dans le thème. Sans être mièvre, l’histoire se pose, les sentiments s’exposent. Je peux dire sans rougir que je n’ai pas eu de peine à m’imaginer dans la peau de Nathalie. Elle aime rire, elle aime lire, elle aime tout court….
François, quant à lui, est un homme qu’on ne peut qu’aimer. Jusqu’à…..  
Leur rencontre (que j’éviterai de spoiler ici), si spéciale, et leur belle histoire, donne l’essence au début de ce roman, que j’ai hâte de poursuivre.
D’autres personnages, tel Charles, le patron, ou Markus, le collègue scorpion, viennent ajouter du piquant et m’intriguent.
Envie d’en dire plus, mais je m’arrêterai là pour cette partie. Pour l’instant, grande envie de poursuivre.
J’avoue que j’ai hâte de connaître le ressenti de mon complice de lecture, des yeux masculins sur la même histoire ressentent-ils les mêmes sensations ?

Sa 1ère escale (chap. 1-39)
Cette première partie m’a enchanté. C’est un cocktail pétillant et frais.

Tout y est juste et touchant. La rencontre entre François et Nathalie est superbement décrite, tous deux ébahis et incrédules devant l’évidence de l’autre. Leur vie commune est irisée de moments de bonheur et de complicité partagée, au point qu’ils se sentent presque coupables d’être si heureux.
La mort de François frappe brutale et inattendue. Le chagrin et le deuil de Nathalie sont sobres mais prenants. Elle se retrouve dans cet état d’esprit qui est le mien en période de lassitude et dont j’ai particulièrement apprécié la description : elle suit le monde comme un spectacle, elle n’est que la spectatrice et l’actrice forcée d’un spectacle qui n’a pas été écrit pour elle. Sensation oh combien véridique et angoissante.
Les chapitres sont courts. Certains d’entre eux ne comportent que quelques mots, une information, une donnée qui ancre le récit dans la réalité et en même temps le distancie un peu comme si tout cela n’était pas le plus important. Les éléments constitutifs de l’histoire bénéficient de chapitre plus étoffés, et le rythme du langage s’accorde alors au sentiment dégagé par l’instant vécu.
Il y a un humour bien venu, comme la scène du bar ou bien  le laïus sur le suédois originaire de Uppsala : « Même le nom de cette ville sonne comme une excuse ». La fantaisie et la joie sont présents, la tristesse aussi.  
Tout cela baigne dans un élan de vie réjouissant et véridique, touche et sonne juste.
J’ai hâte de lire la suite…

Ma  2ème escale (chap. 40-85)
Déjà, il faut dire à quel point j’avais envie de continuer ce livre, qui est, comme son titre l’indique, tout en délicatesse.
L’humour, toujours présent, donne envie de sourire, comme l’histoire dans sa globalité.
Ce deuxième tiers laisse place à la renaissance de Nathalie, du moins, c’est ainsi que je l’ai ressenti. On y découvre une Nathalie qui s’ouvre à l’autre et un Markus qui n’a pas confiance en lui mais se surpasse. On aperçoit la « jalousie » naissante de Chloé.
Dans cette partie, j’ai beaucoup apprécié la délicatesse justement, de Markus, l’attention qu’il porte à l’objet (terme bien mal choisi) de ses rêves.
Pour ma part, je ressens la connivence, fort peut dévolée pourtant, du couple en devenir (ou pas à vrai dire, vite je veux lire la suite….).
Quant à Charles, boss possessif et jaloux, il refait son apparition et j’ai hâte de connaître ses plans.
Je dois dire que ce livre me plait beaucoup et l’histoire m’émeut par son authenticité. Rien me manque.
J’ai maintenant hâte d’attaquer la fin, de savoir comment cela va se poursuivre.
Avis de mon comparse toujours identique ? Affaire à suivre.
Sa deuxième escale (chap. 40-85)
Ici encore les sentiments sont finement peints. Nathalie, coupable de ce baiser incongru, se laisse courtiser par Markus. Mais Markus n’est que maladresse et émotion. Il va même jusqu’à repousser Nathalie lorsqu’il se rend compte que cette relation est trop belle pour être vraie et qu’il ne pourra qu’être blessé. Mais « On ne devrait faire l’économie d’une douleur potentielle ».(p 137) Il s’engage donc doucement et sa candeur et ses sentiments émeuvent Nathalie. Il est particulièremetn touchant et attachant, passant des moments de gloire euphorique au désespoir l’espace d’un regard.

Il ya moins d’humour dans cette partie. On est en effet dans les atermoiements de la séduction sincère et inquiète. L’entreprise dans laquelle évoluent les personnages est également un milieu assez rude et en tous les cas intimement perfide..
Bien que les chapitres restent assez courts, le style de l’auteur s’affirme plus solide. Le soliloques inquiets et fiévreux de Markus, les délires du Boss ou l’étonnement heureux de Nathalie appellent à des développements plus longs. Tout sonne toujours aussi juste.
Une pointe d’inquiétude en plus : le boss, les collègues jaloux, vont ils ruiner cette idylle qui ressemble de plus en plus à un véritable amour?

Ma troisième escale (chap. 86-fin)
Dans cette partie, qui signe la fin de cet adorable roman, j’ai vraiment réellement haï Charles, le boss et ses ruses pour tenter d’éloigner notre couple en devenir.
Mais ce que je vais conserver de cette partie, c’est la légéreté avec laquelle s’établit progressivement la relation et le ressenti de bonheur qui parcoure l’échine dorsale quand on le lit.
J’ai aimé les moments où l’histoire prend de la vitesse, où les sentiments dépassent la raison, les instants passés dans la maison et le jardin de la maison de la grand-mère, leur connivence, leur partage, leur douceur, leur intimité discrète, leur délicatesse.
Ce que j’ai moins aimé, c’est la fin, qui est arrivée trop vite…..

Sa troisième escale (chap. 86-fin)
Le livre continue sur le même ton. Toujours intime, drôle et frais. Mais tout s’accélère comme si cette fin n’était qu’accessoire au regard de  tout ce qui s’est passé avant. 

J’ai quand même apprécié tout particulièrement quelques passages que  je me permets  de citer.
Markus se rend compte petit à petit que son amour pour Nathalie n’est pas une fleur fraichement éclose mais que même sans le savoir, il en a toujours été amoureux. Cela marque ses sentiments dasn la continuité et la solidité: « Chaque jour près d’elle avait été la conquête immense mais sournoise d’un véritable empire du coeur »(p172)
Nathalie elle se rend également compte que cette amourette a largement dépassé les limites qu’elles s’était posées : » Elle trahissait son trouble. Ce trouble qu’elle était incapable de définir. Le Larousse s’arrête là où commence le coeur ».(p179)
Mais l’envie et la mesquinerie qui les entourent les mettent sur la défensive et ils finissent par douter  » Le sentiment amoureux est le plus culpabilisant . On peut penser alors que toutes les plaies de l’autre viennent de soi » (p183)
Leur réponse à cette animosité sera la même , chacun de leur côté, le refus et la fuite. C’est cette fuite qui les rapprochera défintivement.
On retrouve toutes les qualités déjà citées, inutile de les répéter. Cette fin m’a paru bien trop rapide. Mais ce livre est tellement agréable à lire, leur bonheur si communicatif, que l’on a qu’une envie : leur demander de nous laisser rester encore un peu.


Mon bilan
Tout d’abord le livre:

Je l’ai adoré, vraiment, il m’a mis des pincements au coeur, des petits frissons, il m’a fait sourire mais aussi grogner, il m’a fait me projeter dans l’histoire comme rarement un livre ne le fait.

Un beau roman, plein de délicatesse justement, une histoire d’amour touchante, que seul le fait que je le lisais avec spyd m’a freiné pour ne pas le dévorer d’un seul coup. Un livre bien trop court.

Sinon, j’ai adoré cette version de la LC, cette lecture en comparses littéraires, un partage évident, rudement agréable. Merci spyd, cela a été un vrai plaisir.

A noter que pour moi ce livre est un coup de


Son bilan
Un livre plein de fraîcheur et d’humour. Des personnages humains, imparfaits et attachants remplis de délicatesse. Nathalie est convalescente, Markus a mis son armure, mais tous deux se trouvent dans l’autre.

Un style fluide tout entier aux sentiments, quels qu’ils soient. Une belle histoire que l’on vit avec ravissement. Un vrai bonheur. J’aurais pu continuer ce voyage coeur à coeur encore longtemps.
Ma note: 17/20