Le Journal d’Aurélie Laflamme, Tome 1 : Extraterrestre… Ou presque ! – India Desjardins

4ème de couverture
À quatorze ans, Aurélie Laflamme ne se sent aucune affinité avec personne. Depuis le décès de son père, sa mère est un vrai zombie, mais la voilà soudainement qui revit (et qui va même jusqu’à porter des dessous affriolants!). Pourrait-il y avoir un lien avec Denis Beaulieu, le directeur de l’école? (ou-ach!) Quant à sa meilleure amie, Kat, l’amour lui ramollit complètement le cerveau. Pas question de s’y laisser prendre, elle aussi! Mais personne n’est à l’abri d’un coup de foudre…
Et au milieu de ce tourbillon, Aurélie ne désire qu’une choses, trouver sa place dans l’univers.

Mon avis
Voici un livre tout frais, tout gai, amusant et relaxant. J’avais besoin de cela, Aurélie l’a fait. 

Toujours dans une période un petit peu morne, je cherchais un livre me permettant de m’évader. Aurélie Laflamme faisant l’unanimité auprès des copinautes, je ne me suis dit qu’il s’agirait probablement d’une valeur  sure et en ai donc fait l’acquisition. 

Au début de ma lecture, distrayante à souhait, j’ai tout d’abord été un peu déçue, m’interrogeant sur le pourquoi du comment d’un tel succès. Mais au final, je pense que c’est uniquement parce que j’en attendais un peu trop en ouvrant cet ouvrage. 

L’histoire est certes très jeunesse mais tient complètement la route. J’ai souri et même ri à certains moments. L’auteur manie humour et drame parfaitement et on se retrouve aisément dans la peau de l’ado qui écrit. C’est vraiment une vague de fraîcheur et de bonheur que ce livre, un moment de détente hors de tout et hors du temps. 

Contre toute attente, je pense que je lirai la suite, car après avoir grogné un peu en début de lecture, j’ai fini par adoré Aurélie, jeune mais pas gnangnan pour un sou. 
 

 

 

 

Publicités

La fille de l’araignée – Lenia Major

4ème de couverture
Alors qu’elle visite les ruines d’un château allemand avec sa classe, Eva se trouve mystérieusement projetée dans le passé, au cœur d’une bataille médiévale. Elle se voit contrainte de fuir et de protéger le Prince Emil, dont le père a été assassiné. L’intelligence d’Eva lui sera aussi utile que sa pratique des arts martiaux pour vaincre les nombreuses embûches qui se dresseront sur leur chemin. Et dans ses rêves, on la surnomme la fille de l’Araignée, on l’appelle la Maudite. Que veulent dire ces voix ? Saura-t-elle dompter les forces occultes qui la guident ?

Mon avis
Alors ce livre-là, quelle baffe ! 

Pour bien comprendre, remontons quelques mois en arrière, le jour de l’achat de ce petit bijou !

Fin novembre 2011, je me rendais à ma première (et pour l’instant unique) rencontre avec des membres du forum Livraddict à l’occasion de la foire du livre de Colmar. Là, les connaisseuses avaient des buts précis, dont celui de faire dédicacer leur livre par Lénia Major. Elle m’était totalement inconnue.

Encolonnée avec mes comparses devant le stand de ladite auteure, je me suis surprise à être attirée par ce livre, encensé par Lanyla. Mais bon, mon autre partie de cerveau me disait: ça te tente pas trop, Moyen-Age, la couverture ne te plait pas, mais à force d’entendre des éloges, j’ai craqué, sans trop réfléchir et surtout parce que l’auteure, présente, était en plus d’une gentillesse incroyable.

Et voilà qu’avec ce Grââl, je me présente devant Lénia Major, qui avec sa belle plume (ou devrais-je dire l’une de ses belles plumes) paraphe une dédicace. Et déjà là, l’envie de le lire, devenait présente, l’achat compulsif pas du tout regretté.

De retour chez moi, je l’ai rangé consciencieusement, parce qu’il n’était pas le temps pour moi de le lire, jusqu’à il y a de ça deux semaines, où comme une évidence, je savais que c’était lui que je devais lire et j’ai tourné les premières pages….. 

Et à chacun de mes arrêts de lecture, une seule envie, poursuivre…

Un univers très bien imaginé et imagé, des personnages attachants, des idées saugrenues mais formidable, un humour constamment présent, une histoire qui tient la  route et une fin, mais alors une fin…

Revenons en à l’histoire. Une jeune fille en visite dans un château chute et se retrouve propulsée des centaines d’années auparavant.

Eva a la langue bien pendue et un esprit très vif, elle nous fait sourire et rire quasiment durant tout ce livre fantastique plutôt destiné à un public jeunesse mais dont des adultes qui ont su garder une âme d’enfant se délecteront sans aucun doute.

Emil, le prince, tout à la foi énervant et attendrissant, lui donnera fil à retordre et émotions diverses et variées. 

Les Maudits quant à eux, je ne vais pas en parler, il faut les découvrir.

D’un livre dont je ne voulais quasiment pas, j’ai découvert un trésor, une plongée dans un rêve, un univers que j’ai aimé, une histoire qui m’a tenu en haleine et comme je le disais plus haut: une fin mais alors une fin insoutenable. Il faudra que je fasse l’acquisition dès que possible du deuxième tome, ce dont je me réjouis d’avance (mais faut faire preuve de patience maintenant).

Je n’arrive pas à trouver les mots pour rendre hommage à ce livre comme il se doit. J’aurais aimé en parler avec plus de verve encore, plus de persuasion, plus force. Je remercie son auteure pour sa gentillesse et sa patience mais aussi pour son imagination débordante ! Merci pour ce moment de détente et de bonheur livresque ! 

Il faut que vous le lisiez, vite, sans tarder. Léniamajorisons le monde ! . 

Un livre que j’ai totalement A-D-O-R-E !!! 
 

Crise – Kathy Reichs

Crise – Kathy Reichs

cou

4ème de couverture
Depuis qu’ils ont été contaminés par un virus mutant, Tory et ses amis ont des « flambées » : leurs sens sont décuplés, ils deviennent des loups et forment une meute, les viraux.

Des promoteurs veulent acheter l’île sur laquelle ils vivent. Les viraux vont tout oser pour sauver leur forêt, les animaux, leur meute…
Et surtout sauver leur vie !

« Deux piques métalliques avaient jailli du plafond, leurs pointes mortelles formant une tenaille monstrueuse. Et quelque chose était pris entre elles.
Shelton a hurlé. Ben a poussé un juron. Hi a gerbé sur ses Nike. Je suis restée muette. Le regard rivé sur un cadavre empalé. » 

Mon avis
Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Oh! ainsi que le site Newsbook pour l’envoi de ce livre. 

Tout d’abord, je dois préciser qu’au moment de ma postulation, je n’ai pas remarqué que ce tome était un tome 2. Il se lit néanmoins très bien à lui seul, se suffit à lui même.

J’ai eu un peu de peine à aller au bout de ma lecture, d’une part en raison de difficultés personnelles qui m’ont amené loin de la lecture et par l’univers jeunesse déployé.

Je pense que je n’ai pas lu ce livre au bon moment, mais parfois la vie décide pour nous. Il a été néanmoins très agréable et je l’ai beaucoup apprécié. 

L’univers pirates est distrayant, les personnages, attachant mais très marqués jeunesse, ce qui en l’état m’a un peu déconcentré.

Il faut néanmoins se laisser embarquer dans cette aventure et je dois dire que les flambées, sont une idée juste géniale.

Je pense que malgré le fait que je lis passablement de livres jeunesse, celui-ci s’adresse justement à un public moins mature qui saura sans doute l’apprécier bieen plus que moi, à sa juste valeur.

L’écriture est plus qu’accessible, les lignes coulent toutes seules sous le regard et le vocabulaire permet de ne pas se prendre la tête.

En bref, un très chouette livre, mais que je destinerais à des adolescents.

J’ai aimé néanmoins.

A comme Association, tome 01 – La pâle lumière des ténèbres – Erik L’Homme

A comme Association, tome 01 – La pâle lumière des ténèbres – Erik L’Homme

4ème de couverture
Jasper vit à Paris, va au lycée et joue de la cornemuse dans un groupe de rock médiéval. Depuis peu, il fréquente aussi le 13, rue du Horla, l’adresse ultra secrète de l’Association. L’organisation a repéré chez lui des aptitudes certaines pour la magie et lui a proposé de devenir agent stagiaire. Armé d’une bombe lacrymogène au jus d’ail, Jasper est envoyé chez les vampires pour enquêter sur un trafic de drogue. Attention au retour du jet
d’ail !

Mon avis
A comme Association, j’en avais énormément entendu parlé et je pensais l’acquérir et découvrir cette belle saga. Mes chérinautes m’ont prises de vitesse et j’ai reçu les deux premiers tomes pour mon anniversaire.

Aussitôt arrivés, aussitôt débutés ou presque. Je me suis donc attaquée au premier tome que je viens de terminer. Et je dois dire que ma rencontre avec Jasper a été vraiment un ravissement total. Comme si ça avait pu être prédestiné, cette lecture douce, drôle et fantastique a déroulé ses charmes devant moi pendant 154 pages.

J’ai adoré l’écriture d’Erik L’Homme, j’ai vraiment affectionné la façon dont il s’est approprié le personnage de Jasper, dont il nous invite à voir l’Association des yeux de notre jeune héros, à le suivre dans ses pérégrinations. Franchement, c’est délicieux à découvrir.

Bourré d’humour, de jeux de mots, je me suis surprise à sourire plus que de raison, je ne m’y attendais pas du tout.

J’ai découvert une autre face des vampires et autres démons et je dois dire que le second ne devrait pas traîner trop longtemps dans ma PAL… Il faut savoir que j’ai envie de découvrir la jeune Ombe qu’on aperçoit que trop peu à mon goût. Peut-être dans le prochain tome, allons savoir ! 

Une écriture riche et amusante. Un auteur imaginatif et franchement imprégné de son héros, une saveur délicate qui laisse un arrière goût qui nous forcent (même si forcer n’est pas le bon mot dans le cas d’espèce) à envisager de dévorer toute la série. Une lecture jeunesse, à adresser à tous lecteurs avide de détente. 

Je vais arrêter là mon pamphlet, n’ayant aucune envie de spoiler qui que ce soit, ce qui fera sans doute plaisir à la lectrice qui trouve que j’en dit trop dans mes chroniques.

Juste un dernier mot, si vous ne l’avez pas encore lu, lisez-le, c’est un petit bijou que j’ai tout simplement adoré. 
 

Hunger Games – Suzanne Collins

Hunger Games – Suzanne Collins

4ème de couverture
Peeta et Katniss sont tirés au sort pour participer aux Jeux de la Faim. La règle est simple : 24 candidats pour un seul survivant, le tout sous le feu des caméras ? Dans chaque district de Panem une société reconstruite sur les ruines des États-Unis, deux adolescents sont choisis pour participer au Jeu de la Faim. La règle est simple : tuer ou se faire tuer. Celui qui remporte l’épreuve, le dernier survivant, assure la prospérité à son district pendant un an. Katniss et Peeta sont les « élus » du district numéro douze. Les voilà catapultés dans un décor violent, semé de pièges, où la nourriture est rationnée et, en plus, ils doivent remporter les votes de ceux qui les observent derrière leur télé… Alors que les candidats tombent comme des mouches, que les alliances se font et se défont, Peeta déclare sa flamme pour Katniss à l’antenne. La jeune fille avoue elle-aussi son amour. Calcul ? Idylle qui se conclura par la mort d’un des amants ? Un suicide ? Tout est possible, et surtout tout est faussé au sein du Jeu de la Faim…

Mon avis
J’avais énormément entendu parler de ce livre finalement, contre toute attente, je l’ai acquis. Etonnant, quand on sait que j’essaie d’éviter de prendre ce que lit tout le monde et ce que tout le monde aime, parce que je prends le risque d’être déçue.

Donc, il trônait dans ma PAL depuis quelques temps déjà et je dois avouer qu’on m’a stimulé pour que je le lise. J’avais peur de le lire juste après Divergent de Veronica Roth avec lequel il est souvent comparé.

Et bien si j’avais su je l’aurais lu bien avant. Il faut savoir qu’à part des commentaires du genre de « il est super tu vas adoré », « fonces », et autres stimulis, je n’avais pas été lire une seule chronique, pourtant, il a été maintes et maintes fois lu et argumenté, mais je voulais me faire ma propre opinion.

C’est dans un état d’esprit positif mais quelque peu anxieuse d’une déception que je me suis lancée. Lancée, c’est le mot, parce que si l’on pouvait ne pas s’arrêter après avoir entamé ce livre, c’est exactement ce que l’on ferait. Il est impressionnant de passion et de puissance. Il est remarquable de retournements de situations. Il est stupéfiant !

C’est un livre jeunesse, certes, mais la violence y est présente, le sang aussi. Pas de manière aussi impressionnante que dans un thriller adulte, mais suffisamment pour faire sortir des Oh de surprises et de « choc ».

Dans ce livre, j’ai tout adoré. L’écriture, simple, efficace. Le rythme, présent, soutenu, sans cesse remis en avant. La narration, à la première personne, qui donne puissance et importance au vécu de Katniss. Des personnages attachants, d’autres détestables, mais le mot d’ordre est : lecture plaisir, quoi qu’il en retourne.

On est très vite dans le récit, on se fait rapidement une idée de l’environnement, du monde particulier où l’on se trouve, avec ses Districts, sa Plaque, sa Veine et son Arène. Un Capitole que j’ai très vite détesté, des fonctionnements qui font peur mais qui sont à portée de nos propres têtes pensantes, finalement, à leurs façons.

Suspense et tension sont palpables et bien réels, j’ai été impressionnée de l’imagination formidable de l’auteur du fil conducteur de l’histoire du début jusqu’à la fin.  On en perd pas une miette, on en veut encore, toujours, même lorsqu’on tourne, à regret la dernière page.

Je vais ici parler un peu de l’histoire et des personnages, en tentant de ne pas spoiler qui que ce soit (pour autant qu’on ait pu passer au-delà du phénomène Hunger Games). J’ai adoré le duo Katniss-Gale, au début du récit, et j’ai pensé les suivre tous les deux tout au long du livre, quelle ne fût pas ma déception. Katniss, notre narratrice est courageuse, impressionnante, et très maline. C’est une gagnante, du moins c’est ce qu’on aime à croire dès les premières pages. Peeta est également très présent durant les Hunger Games, est un garçon qui va nous réserver des surprises, cela serait dommage d’en dire plus.

Après avoir bien perçu le District Douze, où vivent ces deux protagonistes, s’être bien fait une idée sur la vie qu’ils y mènent, on vit avec eux la Moisson, date festive pour certains, dramatiques pour d’autres, vu qu’on va peut-être perdre deux tributs au terme des jeux et que c’est ce jour-là qu’ils sont désignés. Un gagnera, les autres périront.

Et là, le processus est mis en marche, et je ne vais pas m’y étendre ici, il faut le découvrir soit même. Des aventures impressionnantes, des moments où les tripes se froissent puis se relâchent enfin. Un Jeu de la Faim cruel à souhait mais qu’on dévore du début à la fin.

Y trouvera-t-on de l’amour ? Peut-être. Véritable ? A voir ! Hunger Games est pour moi une découverte magnifique et je vais dès que possible lire la suite.

J’ai remarqué que j’étais relativement sévère dans mes appréciations et j’ai décidé de laisser plus parler mon feeling:

Hunger Games, un coup de coeur !